Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Rétablissement d'anciens points limites

Dans le cas d'une mensuration reconnue définitivement, pour laquelle des levés originaux sont disponibles, on calcule les coordonnées du point à rétablir à partir des mesures originales et on le piquette à partir d'un point de polygone ou, à défaut, à partir d'un autre point limite voisin dont on connaît les coordonnées.

S'il s'agit d'une mensuration reconnue à titre provisoire et qu'aucun levé original n'est disponible, on procède au piquetage direct du point à reconstituer sur la base des coordonnées obtenues par numérisation du plan original, et contrôlées. (Dans certains cas rares, il peut arriver que les levés originaux manquent même pour des mensurations définitives.) Au cours d'une telle opération, il faut absolument tenir compte du principe de précision locale et du fait que la précision d'une saisie graphique sur le plan reste limitée. Ce principe est particulièrement important lors du choix des points de référence pour l'ajustement local. Plus les points de référence sont choisis près du point à reconstituer, plus il est possible de réaliser un ajustement local de bonne qualité.

Lorsqu'on rétablit un point qui avait été mesuré lors d'une opération de conservation, il faut utiliser les levés d'origine pour sa reconstruction.

Afin de pouvoir évaluer au mieux l'ajustement aux points de référence locaux, il s'agit de procéder au piquetage des points disparus à partir d'une station libre ou d'une station GNSS avec ajustement sur des points locaux (points fixes MO93, points de polygone, points limites ou angles de bâtiments). De cette manière, on établit au mieux la relation entre la réalité du terrain et l'œuvre cadastrale. On portera son attention surtout sur l'ajustement des résultats de mesures au plan cadastral existant. Si l'on peut choisir la méthode de calcul, on préférera la transformation de Helmert. Les écarts résiduels sur les points d'ancrage utilisés indiquent d'une part les contraintes dans le plan cadastral existant, mais représentent également, d'autre part, les erreurs de digitalisation, les erreurs de mesures et les erreurs dues aux instruments. Représentés sous forme de vecteurs, ces écarts doivent être soigneusement analysés en longueur et en direction; de cet examen résulte un choix judicieux des points d'ajustage dans le but d'améliorer les résultats de la transformation. Les valeurs indicatives maximales admises pour les erreurs résiduelles, en fonction de l'échelle du plan et de la précision planimétrique recherchée, sont indiquées  dans le présent manuel (cf. OTEMO art. 101 - 103). Comme d'habitude, chaque point nouvellement piqueté doit être contrôlé de différentes manières, soit par des levés de contrôle, soit par des distances de contrôles ou par d'autres contraintes spatiales. Ces mesures complémentaires doivent être documentées. Cela permet ainsi de vérifier la fiabilité de l'opération de rétablissement.

Lorsqu'un point limite à rétablir se situait manifestement sur une limite naturelle ou sur un mur ou un objet construit faisant office de limite de propriété, et que le piquetage le place à côté de ladite limite ou de l'objet construit, il est judicieux de ramener le signe de démarcation à sa "place naturelle", ceci dans les limites de la précision de saisie et après discussion avec les propriétaires concernés, le cas échéant.

Il arrive parfois qu'au cours d'une campagne de mesure sur le terrain, pour une mutation, on lève également d'anciennes bornes dont la position dans le terrain ne laisse planer aucun doute. On dispose donc, après calcul, de deux jeux de coordonnées: celles qui ont été établies lors de la numérisation préalable du plan (coordonnées digitales provisoires) et celles qui sont issues du calcul après levé sur le terrain. Si l'on constate que les coordonnées calculées sont voisines des coordonnées digitalisées (c'est-à-dire que les différences sont inférieures ou égales aux tolérances admises pour la digitalisation), on remplacera les coordonnées digitalisées par les coordonnées calculées sur la base des mesures. L'attribut de qualité de ces coordonnées reste cependant inchangé (= numérisation préalable).


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/vermessung/Handbuch_DM_01_AV/nachfuehrung0/provisorische_numerisierung/methoden/rekonstruktion_altergrenzpunkte.html