Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Cas particuliers

Dans les régions disposant d'une mensuration numérique préalable, certains problèmes doivent être traités spécialement. Ceux d'entre eux qui ne sont pas traités ci-dessous devront être abordés en s'inspirant des principes énoncés ci-dessus.

Remplacement et nouvelle détermination de points fixes

Dans un territoire couvert par une mensuration numérique préalable, le remplacement de points fixes ou leur densification doivent répondre à une double exigence de précision: la précision de voisinage, mais également la précision absolue. La nouvelle détermination d'un point fixe doit donc s'appuyer, en général, sur les points fixes PFP1 et PFP2 disponibles dans son voisinage, ainsi que sur des PFP3 conformes au standard MO93. Mais on ne négligera pas de contrôler également les relations avec les points voisins. A cet effet, on lèvera également, par la même occasion, des points fixes ou des points limites se situant à proximité du point à reconstituer.

Si l'on ne constate aucune faute grave, ni aucun écart systématique sur les points existants, on détermine les coordonnées des nouveaux points fixes uniquement sur la base des points fixes PFP1 à PFP3. Les points fixes reconstitués de cette manière remplissent les exigences de qualité de la MO93. Au contraire, si l'on doit constater des écarts importants ou systématiques, il faut alors tenir compte, pour le positionnement du réseau, des points existants afin de maintenir une précision de voisinage suffisante. Un point fixe dont les coordonnées auraient été déterminées de cette seconde manière ne remplit pas les exigences de la MO93 et doit être considéré au même titre que les points fixes de l'ancienne mensuration. Les mesures sur le terrain doivent être conçues comme pour un réseau de points fixes et leur exploitation doit se faire en appliquant la méthode de compensation médiate par les moindres carrés.

Si l'on est confronté, en déterminant un nouveau point fixe sur la base des PFP 1, des PFP2 et des PFP3 conformes à la MO93, à des difficultés d'ajustement disproportionnées, il faut alors déterminer les coordonnées de ce nouveau point en s'appuyant sur les anciens points fixes situés dans le voisinage. Afin de pouvoir mieux évaluer les résultats de l'opération, on calcule les coordonnées du point nouveau par la méthode de compensation rigoureuse. Il faut documenter le calcul comme on le ferait dans une mensuration conforme au standard MO93 (compensation libre du réseau, compensation contrainte du réseau, plan du réseau, plan vectoriel). Un point fixe déterminé ainsi sur la base du voisinage est considéré comme faisant partie des points fixes de l'ancienne mensuration et ne remplit pas les exigences de la MO93.

Projets de mutation et piquetage de gabarits

Lorsqu'il s'agit d'un piquetage de gabarit pour une nouvelle construction étroitement lié à un projet de mutation, il vaut la peine de procéder, au préalable, au levé de tous les points limites encore disponibles dans le périmètre concerné. On remplacera alors, tant pour les nouveaux points limites que pour les points du gabarit à piqueter, les coordonnées résultant de la numérisation du plan par les coordonnées calculées, ce qui peut se faire directement sur le terrain grâce aux appareils de levé modernes. On n'oubliera pas de tenir compte également des contraintes géométriques et des autres conditions marginales déterminantes pour le calcul de la nouvelle limite et pour le calcul des coordonnées des angles de bâtiment à piqueter. On portera une attention particulière à respecter les contraintes par rapport aux parcelles voisines (distances aux limites, autres contraintes, le cas échéant). Lorsqu'on remplace les coordonnées numérisées par les coordonnées calculées, il faut documenter le calcul de manière à permettre à quiconque de reconstituer le fil de la réflexion.

Au cas où l'on n'est pas confronté à des contraintes d'implantation rigoureuses, on peut procéder à l'opération de piquetage directement à partir des coordonnées numérisées, tout en respectant les exigences de l'article 106 OTEMO.

Bornes situées sur une limite droite

Dans une mensuration numérique préalable, on ne donne pas, en général, lors du calcul de points alignés, la contrainte mathématique d'alignement. Il faut donc renoncer à l'exigence d'alignement si l'on ne dispose que de coordonnées numérisées. En revanche, si, dans le cadre d'une opération de conservation, on procède au levé des points d'extrémité de la droite ainsi que des points intermédiaires, il est possible de calculer les coordonnées des points intermédiaires en imposant mathématiquement l'alignement entre les points des deux extrémités d'une droite, à condition que l'écart reste à l'intérieur de la fourchette de tolérance admise.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/vermessung/Handbuch_DM_01_AV/nachfuehrung0/provisorische_numerisierung/methoden/besondere_faelle.html