Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Matériaux de construction recyclés: un potentiel à exploiter

Le développement durable est un thème éminemment actuel, auquel le canton de Berne accorde une grande importance. L'Office des ponts et chaussées promeut par exemple l'usage de matériaux de construction minéraux recyclés pour la couche de fondation et le revêtement des routes. Selon Stefan Studer, chef de l'OPC, cette pratique en est seulement à ses débuts, mais son potentiel est considérable.

Les gisements de gravier existants dans le canton de Berne doivent être, autant que possible, exploités et utilisés avec mesure, et dans le domaine extrêmement normalisé des travaux de génie civil et de la construction de routes, les innovations sont donc véritablement les bienvenues. Les matériaux de construction recyclés constituent en l'occurrence une solution particulièrement judicieuse. Leur usage ne permet en effet pas seulement d'économiser des ressources naturelles comme le gravier, mais réduit également le volume nécessaire pour les décharges, et diminue ainsi les atteintes au paysage. Pour la construction des routes cantonales, de même que pour l'achèvement du réseau des routes nationales, l'OPC a donc comme objectif d'utiliser un taux de matériaux recyclés aussi élevé que possible. Comme l'indique S. Studer, «l'Office souhaite donner un bon exemple, et motiver également les communes à accorder plus d'importance au développement durable.»

Réutiliser les déchets de chantier

Les installations de traitement produisent à partir des déchets de chantier des matériaux de construction recyclés, qui sont utilisés dans le même domaine qu'avant leur recyclage (graphique: Office fédéral de l'environnement).

Agrandir l'image Les installations de traitement produisent à partir des déchets de chantier des matériaux de construction recyclés, qui sont utilisés dans le même domaine qu'avant leur recyclage (graphique: Office fédéral de l'environnement).

Les déchets minéraux sont disponibles en quantité importante sur les chantiers. Ils constituent en effet le résidu usuel des destructions de routes et de bâtiments. On peut les répartir généralement en quatre catégories de matériaux, que la loi impose déjà de trier sur le chantier, et à partir desquels les installations de traitement produisent six matériaux de récupération (cf. graphique). Les entreprises de construction y ont en principe recours pour un usage conforme à leur fonction première, le granulat bitumineux pour le revêtement des routes, etc.

  • Matériaux bitumineux: Ils résultent du fraisage ou de la destruction des revêtements de route et sont recyclés en granulat bitumineux.
Les blocs d'asphalte sont recyclés en granulat bitumineux (photos: Office des eaux et des déchets du canton de Berne).

Agrandir l'image Les blocs d'asphalte sont recyclés en granulat bitumineux (photos: Office des eaux et des déchets du canton de Berne).

  • Graviers: Le traitement des graviers récupérés lorsque les couches de fondation et les couches de support non liées d'une route sont fraisées et défoncées permet d'obtenir des graves de recyclage.
  • Béton de démolition: Il résulte de la destruction ou du fraisage des constructions et des revêtements en béton, et peut être réutilisé sous forme de granulat.
Le béton de démolition est réutilisé sous forme de granulat de béton (photos: Office des eaux et des déchets du canton de Berne).

Agrandir l'image Le béton de démolition est réutilisé sous forme de granulat de béton (photos: Office des eaux et des déchets du canton de Berne).

  • Matériaux minéraux non triés: Il s'agit d'un mélange de déchets de chantier minéraux provenant d'éléments de maçonnerie en béton, en briques de terre cuite, en briques silico-calcaires et en pierres naturelles, qui est recyclé en granulat non trié.
Les matériaux minéraux non triés sont recyclés en granulat non trié (photos: Office des eaux et des déchets du canton de Berne).

Agrandir l'image Les matériaux minéraux non triés sont recyclés en granulat non trié (photos: Office des eaux et des déchets du canton de Berne).

Certaines réserves demeurent

Les maîtres d'ouvrage et les ingénieurs font toutefois usage de ces matériaux avec une certaine réserve: comme l'indique S. Studer, «le béton recyclé est volontiers utilisé pour les bâtiments, mais nettement moins pour les ouvrages de génie civil.» On n'y a pas recours lorsque le béton doit impérativement être de qualité élevée, comme pour les ponts, par exemple. Dans l'intérêt de la durabilité des ouvrages d'art, et pour éviter des dommages à la substance bâtie, il importe en effet que les matériaux recyclés satisfassent aux mêmes exigences techniques que les matériaux conventionnels. Le document «Matériaux de construction minéraux recyclés – Recommandation d'utilisation pour le canton de Berne», élaboré en collaboration avec l'Association cantonale des graviers et du béton (KSE Bern), constitue une aide à cet égard. Il indique, pour chaque élément de construction, quels matériaux recyclés peuvent ou devraient être utilisés.

Taux de recyclage en hausse

La tendance est nette, cependant: le taux de recyclage des matériaux minéraux de démolition s'élève déjà, dans le canton de Berne, à plus de 80 pour cent, et l'utilisation des matériaux recyclés augmente chaque année de deux à trois pour cent. L'OPC soutient cette évolution, mais avec circonspection. Il importe en effet selon S. Studer de procéder pas à pas, et de tester les matériaux recyclés sur des tronçons limités, en les soumettant éventuellement à un contrôle, avant de les utiliser à large échelle. En 2014, l'OPC a en ce sens posé sur différentes routes des revêtements composés de matériaux recyclés à hauteur de 50 pour cent, alors que les normes recommandent une part maximale de 30 pour cent. Selon S. Studer, les premiers résultats invitent à l'optimisme, mais le progrès ne doit cependant pas s'effectuer au détriment de la qualité ou du budget: «Nous ne voulons pas faire de compromis au niveau de la qualité, et souhaitons utiliser des produits à la durabilité aussi importante que possible. Ceux-ci ne doivent pas non plus coûter plus cher que des matériaux conventionnels.»

La réfection de la Lyssachstrasse à Urtenen-Schönbühl a été effectuée en partie avec des matériaux de construction recyclés.

Agrandir l'image La réfection de la Lyssachstrasse à Urtenen-Schönbühl a été effectuée en partie avec des matériaux de construction recyclés.

Echange d'expériences

Pour que l'important potentiel des matériaux de construction recyclés puisse être utilisé au mieux, il convient que tous les acteurs impliqués tirent à la même corde, en échangeant notamment leurs connaissances et leurs expériences. L'OPC a organisé à cette fin une table ronde à laquelle participent des représentants de l'Association cantonale des graviers et du béton (KSE Bern), des bureaux d'ingénieurs, des entreprises de construction et des pouvoirs publics: «Cet échange régulier permet de s'informer mutuellement des dernières évolutions, d'échanger des expériences et de sensibiliser les différents partenaires», précise S. Studer, qui relève également que tous les acteurs sont extrêmement motivés. L'avenir des matériaux de construction se présente donc sous des auspices favorables.

Un revêtement recyclé pour Mättenberg

En 2014, le revêtement de la route cantonale Thörigen-Ochlenberg-Linde devait être assaini, et l'OPC a saisi cette occasion pour poser, sur un tronçon de 400 mètres de long et 5,25 mètres de large, un revêtement constitué de granulat bitumineux à hauteur de 50 pour cent. L'essai semble concluant: comme l'indique Jakob Beck, chef de projet au sein de l'arrondissement d'ingénieur en chef Haute-Argovie/Emmental: «Les résultats sont bons; les valeurs indicatives correspondent largement aux exigences des normes. Seuls quelques petits écarts ont été constatés. Nous aménagerons donc certainement d'autres tronçons-tests.»

Réfection de la route cantonale à Mättenberg: les tests sont bons pour le revêtement composé de matériaux recyclés à hauteur de 50 pour cent.

Agrandir l'image Réfection de la route cantonale à Mättenberg: les tests sont bons pour le revêtement composé de matériaux recyclés à hauteur de 50 pour cent.

Place aux scories de fabrication de l'acier

L'arrondissement d'ingénieur en chef Haute-Argovie/Emmental travaille également sur un autre projet novateur. A Hellsau, dans le cadre de l'élargissement de la route cantonale Berne-Zurich, l'OPC a utilisé comme matériau de fondation des scories de four électrique, sur un tronçon de 780 mètres. Ces scories constituent un sous-produit de la fabrication de l'acier. Une couche d'asphalte doit encore être posée sur ces fondations. Selon J. Beck, le défi consiste en l'occurrence à rendre le matériau suffisamment dense. «Avec une compression appropriée, les valeurs de portance et de densité sont cependant bonnes.» Si on la prévoit suffisamment tôt au cours de la phase de planification, l'utilisation de ce matériau permet de réduire les coûts de construction. Cependant, comme le précise encore J. Beck, il est essentiel de s'enquérir tout d'abord si elle est admise. Les exigences en matière de protection des eaux peuvent en effet commander son interdiction.

L'AIC Haute Argovie/Emmental a utilisé pour la première fois des scories de four électrique comme matériau de fondation (photo: Basler & Hofmann West AG).

Agrandir l'image L'AIC Haute Argovie/Emmental a utilisé pour la première fois des scories de four électrique comme matériau de fondation (photo: Basler & Hofmann West AG).

Diesse: faire du neuf avec du vieux

L'arrondissement d'ingénieur en chef Seeland/Jura bernois a eu recours à des matériaux recyclés à différentes reprises, et notamment pour la réfection de la traversée de Diesse au cours de l'année écoulée. Le Service pour le Jura bernois a en l'occurrence réutilisé la couche de fondation et le revêtement de l'ancienne route pour remblayer les fouilles liées à la construction des conduites souterraines. Une fois la route défoncée, ces matériaux ont été traités sur place au moyen d'une installation mobile, ce qui a permis d'économiser des transports et de gagner du temps. «La principale difficulté consistait à trouver suffisamment de place pour entreposer provisoirement les matériaux recyclés», indique Cédric Berberat, chef du Service pour le Jura bernois, qui est par ailleurs tout à fait convaincu par cette manière de procéder: «Nous avons déjà appliqué cette méthode à plusieurs reprises, et en avons toujours été satisfaits. Je ne peux que la recommander.»

Dans le cadre de la réfection de la route de Prêles, à Diesse, les matériaux de l'ancienne route ont été en grande partie traités sur place, puis réutilisés comme matériaux de fondation pour la nouvelle route.

Agrandir l'image Dans le cadre de la réfection de la route de Prêles, à Diesse, les matériaux de l'ancienne route ont été en grande partie traités sur place, puis réutilisés comme matériaux de fondation pour la nouvelle route.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/direktion/organisation/tba/TBA_update/TBA_Newsletter_Maerz_2016/recyclingbaustoffe_haben_viel_potenzial.html