Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Davantage d’espace pour l’Aar à Wichtrach

La protection contre les crues de l’Aar entre Thoune et Berne fait partie d’un programme cantonal global qui regroupe environ 20 projets d’aménagement des eaux distincts coordonnés entre eux afin d’atteindre de manière optimale les objectifs fixés. Sont également de la partie les communes de Wichtrach, Gerzensee et Münsingen où l’Aar doit gagner de l’espace de Thalgut à Chesselau à partir de 2021.

 

Le canton de Berne souhaite améliorer tronçon après tronçon le cours de l’Aar ente Thoune et Berne pour le bien de l’homme et de l’environnement. Pour ce faire, il élabore en collaboration avec les communes des projets isolés dans le cadre d’un programme global qui vise à prévenir les crues, assurer les réserves d’eau potable, revaloriser les paysages naturels et créer des zones de détente.

Cette photographie actuelle montre que l’Aar a été rectifiée par l’intervention humaine.

Agrandir l'image Cette photographie actuelle montre que l’Aar a été rectifiée par l’intervention humaine.

Il y a plus de 100 ans, des aménagements ont en grande partie privé l’Aar de son cours naturel en le rectifiant, à l’instar de nombreux cours d’eau suisses. Des expériences parfois extrêmes comme les inondations de 1999 et 2005 ont montré que l’Aar doit récupérer de l’espace. «Une fois nos plans réalisés, l’Aar pourra à nouveau se déployer jusqu’à une largeur de 130 mètres entre Thalgut et Chesselau», rapporte Jürg Stückelberger, chef de projet en aménagement des eaux. Elle gagne 80 mètres par rapport aux 50 mètres actuels!

La valeur ajoutée

Les dispositifs de protection des rives du tronçon Thalgut – Chesselau qui s’étend sur environ trois kilomètres sont en grande partie détruits. Ils seront déconstruits et un nouvel ouvrage de protection contre les crues verra le jour loin de la rive actuelle. L’Aar pourra s’écouler librement et modeler son propre espace. Cela permettra de revaloriser le paysage, d’assurer les réserves d’eau potable et d’améliorer la protection contre les crues afin que les infrastructures et les bâtiments n’en subissent plus les conséquences.

Après les travaux de déconstruction, les rives seront à nouveau soumises à l’érosion naturelle et façonnées par l’Aar. Il sera plus facile d’y accéder et de nombreux espaces de jeu et de détente seront ainsi créés.

Agrandir l'image Après les travaux de déconstruction, les rives seront à nouveau soumises à l’érosion naturelle et façonnées par l’Aar. Il sera plus facile d’y accéder et de nombreux espaces de jeu et de détente seront ainsi créés.

L’Aar qui est aujourd’hui canalisée gagnera donc en espace et pourra s’étendre jusqu’à une largeur de 130 mètres. «Nous nous attendons à ce qu’elle occupe la plupart du temps une largeur de 60 à 80 mètres», explique le chef de projet. A un endroit, la berge sera soumise à l’érosion. A un autre, l’Aar déposera ses alluvions. Des bancs de gravier mouvants sur lesquels une végétation alluviale pourra naturellement se développer se formeront. Les espèces vivant dans l’eau ou à ses abords seront nombreuses à profiter pleinement de cette dynamique. «L’élargissement empêchera en outre que l’Aar ne continue à creuser son lit et que le niveau des eaux souterraines ne s’abaisse, ce qui permettra de garantir à long terme dans la vallée de l’Aar une source d’eau potable très importante pour l’ensemble de la région de Berne», souligne encore positivement J. Stückelberger. Le paysage naturel harmonieusement sculpté par l’eau, les bancs de gravier et les bandes de terre se révélera aussi un espace attrayant pour les personnes en quête de détente.

Les mesures

Afin que l’Aar puisse se réaménager un espace, il faut d’abord déplacer les infrastructures en place. Actuellement, la conduite d’eau potable entre Kiesen et Berne d’un débit de 60 000 litres par minute et qui approvisionne 130 000 personnes longe la rive. «Elle devra être déplacée de 200 mètres à l’est, le long de l’autoroute. Une nouvelle digue sera aussi nécessaire pour protéger surtout l’autoroute et les habitations contre les crues. Entre cette dernière et l’Aar, à la merci des crues et des étiages, une forêt alluviale pourra se développer à long terme», explique le chef de projet.

L’Aar à Wichtrach

Agrandir l'image L’Aar à Wichtrach

Les défis

Le projet bénéficie d’un large soutien. Pourtant, au niveau des loisirs de proximité, certains points sont perçus de manière positive par les uns et négative par les autres. Aujourd’hui, un large chemin de rive praticable longe l’Aar. Et J. Stückelmann de préciser: «Dans le futur, ce chemin devrait être déplacé d’environ 90 mètres en direction de l’autoroute.» Il est indiscutable qu’il y aura davantage de nuisances sonores. Mais d’après lui, selon des expériences faites dans d’autres projets d’aménagement des eaux avec élargissement du lit, le long des rives, des sentiers créés naturellement font toujours leur apparition et sont prisés, car les piétons les considèrent souvent comme plus sauvages, vivants et variés que des chemins d’entretien rectilignes et larges. Aussi le canton est-il en contact étroit avec des représentants et représentantes des piétons pour trouver un compromis et élaborer des mesures d’accompagnement.

Etapes

Thalgut - Chesselau  
2020 Approbation du plan et du crédit
De 2021 à 2024 Etape 1
De 2024 à 2027 Etape 2

Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/direktion/organisation/tba/TBA_update/TBA-Newsletter-September-2019/mehr-raum-fuer-die-aare-bei-wichtrach.html