Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Belp: réaménagement d’une berge de l’Aar

La remise en état de la rive gauche de l’Aar au Farhubel, près de Belp, sera terminée dans quelques semaines. Sur ce tronçon, le canton cherche surtout à freiner l’érosion de la digue protégeant Belp et Kehrsatz contre les crues. Les épis en bois placés sur une partie de la rivière apporteront en outre une importante plus-value écologique.

 

«L’état des épis en béton au Farhubel, près de Belp, était tel qu’il était urgent de réaménager et de stabiliser la berge», résume Jürg Stückelberger, chef de projet à l’Office des ponts et chaussées du canton de Berne. D’autant plus que ce tronçon de rive, qui s’étend sur 850 mètres du côté de Belp entre le pont de Hunzigen et un point situé à une centaine de mètres en aval de l’ancienne Schwellihütte, assure également une importante fonction de rétention. Une grande partie du territoire communal de Belp et de Kehrsatz est ainsi à l’abri des crues. Afin de stabiliser la berge, les anciens épis en béton, dont certains sont complètement délabrés, sont remplacés par de nouveaux ouvrages en pierres ou en bois.

Une plus-value pour la population et la faune: des épis en bois structurent et protègent la berge.

Agrandir l'image Une plus-value pour la population et la faune: des épis en bois structurent et protègent la berge.

Stabilisation et remise en état de la berge

Au Farhubel, sept épis en béton délabrés sont remplacés le long de l’Aar par 17 épis en blocs de pierre, de plus petite taille. Plus en aval, deux épis sont réalisés avec des troncs d’arbre et des souches. Ces épis en bois ombragent les abords de la rivière et sont des abris idéaux pour les poissons grâce à leur structure naturelle. Ils offrent également un habitat précieux à d’autres organismes aquatiques. Cependant, comme il est difficile de trouver des souches appropriées, les anciens épis sont surtout remplacés par des enrochements.

Des épis en bois «vivants»

«Mais nous voulons aussi que les parties de la berge sans épis attirent les animaux et les végétaux», déclare Jürg Stückelberger. Pour cela, des arbustes indigènes adaptés à la station sont plantés et des éléments structurels en bois installés jusqu’au bord de l’eau. A moyen terme, les racines des jeunes arbres reprendront les fonctions de cette armature en bois et protégeront la berge contre l’érosion, le but étant la création d’une construction naturelle capable de se régénérer. La surface défrichée pour la construction sera également reboisée avec des essences conformes à la station.

Actuellement, certains tronçons du chemin de la rive sont encore fermés et la déviation est signalisée. Les épis ne peuvent être construits que lorsque le niveau de l’Aar est bas. «Sans fluctuations soudaines du niveau de l’eau, nous pourrons achever les travaux au printemps 2020», précise Jürg Stückelberger. La dernière étape consistera à démanteler la voie d’accès au chantier, à remettre en état le chemin pédestre en le recouvrant d’une fine couche de gravier et à végétaliser les surfaces touchées.

Des arbres conformes à la station sont plantés pour protéger la berge contre l’érosion.

Agrandir l'image Des arbres conformes à la station sont plantés pour protéger la berge contre l’érosion.

Nota bene

Epis «vivants»: de quoi s’agit-il?

Un épi est un éperon placé dans la rivière perpendiculairement à la berge pour diriger le courant de la rive vers le milieu de la rivière. Cela permet d’éviter une sollicitation excessive de la berge et donc de freiner l’érosion.
Les épis de la première génération, il y a plus de 100 ans, étaient en bois et en pierres. De 1930 au début des années 80, on a surtout réalisé des ouvrages en béton. A partir de 1990, les épis de blocs de pierre sont devenus plus fréquents.
Aujourd’hui, pour des raisons écologiques, on essaie d’utiliser plus de bois dans l’aménagement des eaux. Du point de vue hydraulique, un épi en bois constitué de souches remplit le même objectif qu’un épi en pierres ou en béton, à savoir protéger la berge de l’érosion en dirigeant le courant vers le milieu du cours d’eau.

Chiffres clés

Coût total 1,7 million de francs
Début des travaux octobre 2019
Fin des travaux prévue mars 2020

Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/direktion/organisation/tba/TBA_update/TBA-Newsletter-Maerz-2020/belp-saniertes-aareufer-fuer-vielfaeltigen-schutz.html