Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Les signaux montrent la voie

N’en déplaise à certains, les règles de comportement sont nécessaires pour garantir un trafic routier fluide et sûr. L’Office des ponts et chaussées (OPC) est responsable de la signalisation et du marquage sur les routes cantonales et a une obligation de surveillance envers les communes.

 

«Les systèmes de navigation modernes simplifient certes les choix d’itinéraire des conducteurs, mais l’importance de la signalisation n’a pas diminué pour autant», relève Lukas Bähler, chef du groupe Technique de la circulation et sécurité routière à l’OPC. Même les véhicules autonomes adapteraient leur comportement en fonction des signaux et des marques. Il ajoute: «Par ailleurs, les signaux ne servent pas uniquement à guider le trafic, mais aussi à améliorer la sécurité sur les routes.»

L’Office des ponts et chaussées est responsable de la signalisation et du marquage sur les routes cantonales. L’objectif est de guider la circulation et d’améliorer la sécurité de tous les usagers.

Agrandir l'image L’Office des ponts et chaussées est responsable de la signalisation et du marquage sur les routes cantonales. L’objectif est de guider la circulation et d’améliorer la sécurité de tous les usagers.

Y regarder à deux fois

Souvent, les demandes envoyées à l’OPC portent sur des dangers potentiels, des questions de priorité, des passages pour piétons et autres limitations de vitesse. Pierre Ballmann, responsable Technique de la circulation à l’arrondissement d’ingénieur en chef de Berne-Mittelland, traite depuis 2005 déjà celles concernant la signalisation: «Il est toujours difficile d’expliquer aux gens pourquoi il est possible d’aménager un passage pour piétons ici et non là. Souvent cela ne saute pas aux yeux, mais les situations peuvent être très différentes.» Volume de trafic, affluence de piétons, perception des zones d’approche, écart entre la vitesse signalée et la vitesse réelle des véhicules, distance de détection ou visibilité réduite peuvent faire toute la différence et influencer la prise de décision. Dans les zones 30, les passages pour piétons ne sont même pas légalement admissibles. Il s’agit souvent d’être convaincant, face aux idées en partie reçues. Un passage pour piétons ne fait qu’inverser les conditions de priorité; il n’est pas encore gage de sécurité. C’est seulement après une analyse de la situation, par exemple des vitesses, du nombre de piétons et de véhicules ou de la visibilité, et un aménagement en conséquence, c’est-à-dire une signalisation, un éclairage, des îlots de protection et des zones d’approche, que le passage pour piétons peut être qualifié de sûr.

L’inspection sur le terrain est importante pour évaluer la visibilité sur une route.

Agrandir l'image L’inspection sur le terrain est importante pour évaluer la visibilité sur une route.

En échange constant

Lukas Bähler souligne aussi la difficulté de satisfaire tout le monde. «La loi sur la circulation routière a des dispositions claires auxquelles viennent s’ajouter de nombreuses normes techniques et circonstances particulières. Malgré ce cadre, une certaine liberté d’appréciation subsiste pour décider si une mesure doit être mise en œuvre et de quelle manière.» Afin d’uniformiser la pratique dans tout le canton, les représentants des quatre arrondissements d’ingénieur en chef échangent leurs expériences dans un groupe de travail. Tous les deux mois, ils se penchent sur les demandes et les projets actuels. L. Bähler fait en outre partie de comités nationaux qui abordent la sécurité du trafic et la signalisation. Le Forum de signalisation (SigFor) organisé par le Bureau de prévention des accidents (bpa) en collaboration avec l’Office fédéral des routes (OFROU) permet de présenter des études et d’échanger des informations. Ainsi, tourner à droite alors que le feu est rouge devrait bientôt être autorisé aux cyclistes dans certaines conditions. Le déroulement des analyses dans la ville de Bâle a pu être examiné et les points de vue partagés. L. Bähler soutient cette démarche: «Il est bénéfique d’entretenir des contacts à l’échelle nationale. Nous pouvons ainsi tirer profit des expériences et du savoir des autres cantons et inversement. De plus, les autorités chargées de la signalisation peuvent accorder leurs violons pour mieux faire entendre leur voix».

Visibilité garantie la nuit grâce aux matériaux rétroréfléchissants utilisés sur les signaux, les bornes et les marquages.

Agrandir l'image Visibilité garantie la nuit grâce aux matériaux rétroréfléchissants utilisés sur les signaux, les bornes et les marquages.

Une police de caractères hors norme

Les signaux diffèrent de par leur forme et leur couleur. Comme on l’a appris pour l’examen théorique du permis de conduire, les panneaux ronds indiquent une prescription et les triangles un danger, tel un virage étroit, un rétrécissement ou des inégalités sur la route. «Ils sont munis d’un symbole compréhensible immédiatement et univoque, indépendamment de la langue», explique L. Bähler. Sur les panneaux de localité et les panneaux indicateurs de direction, impossible de faire l’impasse sur le texte. Une police spéciale est utilisée, ASTRA-Frutiger Standard, qui est lisible même de loin. Il faut veiller à ne pas utiliser trop de signes. «Moins il y en a, mieux c’est», insiste L. Bähler. Pour rendre les signaux et marquages visibles la nuit également, des microbilles et des films réfléchissants sont utilisés. Les lignes de sécurité ou les signaux de priorité ressortent en effet plus nettement avec la rétroréflexion qu’avec une simple illumination. De telles mesures peuvent sauver des vies. L. Bähler explique: «Le but est que tous les usagers disposent d’une route bien aménagée et d’un guidage explicite. Je suis convaincu que la technique du trafic y est pour beaucoup.»

Adaptations de la Bernstrasse à Worb : les usagers reconnaissent le régime de circulation à la façon dont la route est aménagée. Un élément modérateur de trafic qui signale le début d’une zone complète le tout.

Agrandir l'image Adaptations de la Bernstrasse à Worb : les usagers reconnaissent le régime de circulation à la façon dont la route est aménagée. Un élément modérateur de trafic qui signale le début d’une zone complète le tout.

Des conditions changeantes

On fait également appel aux techniciens du trafic de l’OPC lorsque de nouveaux croisements ou contournements voient le jour. Ces derniers servent généralement à délester tout le secteur environnant. Le réaménagement du réseau routier de Worb libère le centre du village du trafic de transit et le nouveau tunnel assure la fluidité. L’ancienne route cantonale qui traverse Worb, fortement désengorgée, devient ainsi une route communale. Combinés à des mesures de construction, la signalisation et le marquage changent considérablement. Et une zone 30 ou même des zones de rencontre peuvent faire leur apparition, encadrées par des éléments modérateurs de trafic. La priorité de droite y est de mise!

L’influence des nouvelles constructions

L’aménagement local et les nouvelles constructions peuvent aussi être à l’origine d’un changement de signalisation ou de limitation de vitesse. Dans la commune de Vechigen par exemple, le nouveau lotissement Rämelgässli à la sortie du village de Boll a fait augmenter le flux de véhicules obliquant sur la route cantonale,  le panneau de localité ne suffisait toutefois pas tout à fait pour être valable jusqu’à ladite bifurcation. A la demande de la commune, l’Office des ponts et chaussées a examiné si, dans ce secteur, les conditions étaient remplies pour réduire la vitesse de 80 à 60 kilomètres-heure. L’expertise menée a montré qu’une réduction de la vitesse était indiquée dans cette situation et le nouveau régime de vitesse a été mis en place ce printemps (cf. «OPC Dialogue»).

De manière générale, les demandes de réduction de la vitesse sur les routes cantonales ont augmenté, confirme Pierre Ballmann. Il convient de bien examiner les requêtes des communes. Il est impossible de donner suite à toutes les demandes, car selon l’article 108 de l’ordonnance du 5 septembre 1979 sur la signalisation routière (OSR), il faut qu’un certain nombre de critères soient remplis pour déroger aux limitations générales de vitesse (cf. encadré ci-dessous). Avec l’élaboration de plans intercommunaux pour certains axes importants, l’Office des ponts et chaussées s’efforce également de repérer les endroits où une modification serait possible et pertinente et de planifier sur le long terme.

Pour certains projets, les spécialistes en technique de la circulation bénéficient de l’aide du Bureau de prévention des accidents, de la police cantonale et du service interne Mobilité douce. De l’avis de P. Ballmann, les points de vue des différents experts permettent de trouver des solutions optimales: «Grâce à leur aide, nous parvenons mieux à évaluer si un projet doit voir le jour et de quelle manière.»

Nota bene

Quand une dérogation à la vitesse maximale est-elle possible?

En principe, sur les routes cantonales, la vitesse appliquée est de 50 km/h à l’intérieur des localités et de 80 km/h à l’extérieur. L’OPC examine les demandes de dérogation à la limitation générale de vitesse selon l’article 108 de l’ordonnance du 5 septembre 1979 sur la signalisation routière (OSR). L’alinéa 2 énumère les conditions à une dérogation:

Une réduction de la vitesse est admissible lorsque

  • un danger n’est perceptible que difficilement ou n’est pas perceptible à temps
  • certains usagers de la route ont besoin d’une protection spéciale
  • cela permet d’améliorer la fluidité du trafic sur des tronçons très fréquentés
  • il est possible de réduire les atteintes excessives à l’environnement (bruit, polluants)

Il faut qu’au minimum une de ces conditions soient remplie. Pour chaque demande, l’Office des ponts et chaussées clarifie par une expertise si la mesure est nécessaire, opportune et si elle respecte le principe de la proportionnalité, ou s’il convient de donner la préférence à d’autres mesures. Des limitations de la vitesse temporaires aux heures de pointe sont une autre possibilité de dérogation aux normes sur certains tronçons.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/direktion/organisation/tba/TBA_update/TBA-Newsletter-Maerz-2019/wo-signale-den-weg-weisen.html