Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Réhabilitation du pont de Kappelen

Les travaux de réfection du pont de Kappelen ont été bouclés en novembre 2018. Le projet était nécessaire compte tenu de l’état du tablier. L’utilisation d’un nouveau matériau alliée à la compréhension à l’égard de la gente ailée nichant sous le pont ont permis de maitriser les problèmes avec habileté et de redonner au pont sa physionomie.

 

Depuis 1919, le pont de Kappelen franchit l’Aar en amont du lac de Wohlen. Les derniers travaux de rénovation et d’élargissement remontent à 1996. Or des investigations réalisées en 2017 ont révélé que le tablier était endommagé et qu’il était indispensable de rénover le pont en béton de 175 mètres de long.

Des joints poreux

Pour des raisons de sécurité, la vitesse a été réduite de 80 à 50 kilomètres-heure à titre de mesure urgente. Dans le même temps, les spécialistes de l’arrondissement d’ingénieur en chef II ont conçu un projet pour remettre durablement en état le tablier du pont. Les joints entre les éléments de la dalle étaient endommagés et sont donc devenus poreux. Les mouvements indépendants des différents éléments avaient provoqué des fissures au fil du temps.

Le pont de Kappelen à l’automne 2018 après sa remise en état.

Agrandir l'image Le pont de Kappelen à l’automne 2018 après sa remise en état.

Les spécialistes sont alors parvenus à la conclusion que, outre la remise en état des joints, il fallait poser une couche de béton fibré à ultra-hautes performances (BFUP). Grâce à ce matériau, les éléments ne peuvent plus bouger de manière alternée ni briser les joints. La pose du BFUP en plein été n’a pas été chose facile car les proportions du matériau et de l’eau doivent être très précises pour que le mélange soit réussi. Quand les températures sont très élevées, le BFUP peut se solidifier avant même de pouvoir être posé et n’est ainsi plus malléable.

Le tablier endommagé a été remis en état au moyen d’une couche de béton fibré à ultra-hautes performances.

Agrandir l'image Le tablier endommagé a été remis en état au moyen d’une couche de béton fibré à ultra-hautes performances.

Un ouvrage presque centenaire

Lors des investigations, les spécialistes ont aussi constaté que les articulations du pont presque centenaires ainsi que la piste cyclable avaient également subi des dégradations. Vu l’effritement du béton et la corrosion, il fallait là aussi prendre les choses en main.

Des échafaudages ont été montés à l’été 2018 afin de remettre le pont en état par en-dessous également.

Agrandir l'image Des échafaudages ont été montés à l’été 2018 afin de remettre le pont en état par en-dessous également.

Des oiseaux sous le pont

Sous le pont, les ouvriers ont fait une découverte intéressante. En 1996 déjà, des abris pour les martinets avaient été mis en place et étaient en partie habités. Mais un filet de sécurité posé pour les travaux leur a soudain barré la voie pour regagner leurs nids. Ils peuvent rejoindre leur domicile uniquement en passant par-dessous le pont. L’entreprise de construction a bénéficié de l’aide d’un ornithologue amateur qui a rapidement libéré les oisillons en mauvaise posture dans leurs nids coupés du reste du monde. Puis le filet de protection a été placé de sorte que les oiseaux et les ouvriers puissent de nouveau vaquer à leurs occupations sans être dérangés. Suite à une demande d’une association de protection de la nature, la direction de projet a décidé, durant les travaux, d’installer d’autres nichoirs, cette fois-ci pour héberger des chauves-souris.

Suppression de la limitation de vitesse

Les travaux de réfection du pont de Kappelen ont coûté environ 2,4 millions de francs. La limitation de vitesse a été levée et le pont de nouveau ouvert à la circulation.

Des nichoirs à chauves-souris sont désormais posés sous le pont de Kappelen.

Agrandir l'image Des nichoirs à chauves-souris sont désormais posés sous le pont de Kappelen.

Nota bene

Des infrastructures coûteuses
L’Office des ponts et chaussées (OPC) se charge de la remise en état de pas moins de 1135 ponts, 52 tunnels, environ 500 000 mètres carrés de murs de soutènement et 23 kilomètres de murs antibruit. Le réseau de routes cantonales du canton de Berne compte au total 2100 kilomètres. L’OPC investit chaque année environ 65 à 70 millions de francs dans le maintien de leur substance.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/direktion/organisation/tba/TBA_update/TBA-Newsletter-Maerz-2019/sanierung-der-kappelenbruecke.html