Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Réduction de la vitesse sur les routes cantonales – l’exemple de Vechigen

Les dérogations aux limitations générales de vitesse font l’objet d’un vaste débat politique. Elles ne sont possibles que lorsque certaines conditions légales sont remplies. L’OPC examine chaque demande en détail, qu’il s’agisse de mises en place de zones 30 ou de réduction de la vitesse de 80 à 60 kilomètres-heure. A Vechigen, dans le Worblental, il est apparu qu’une nouvelle limitation de la vitesse sur la route cantonale pouvait être judicieuse. Entretien avec l’ingénieur en chef d’arrondissement Thomas Schmid et le maire de Vechigen, Walter Schilt.

 

Monsieur Schmid, quelles sont les conditions requises pour que l’Office des ponts et chaussées approuve une demande de réduction de vitesse sur une route cantonale?

Thomas Schmid: Les limitations générales de vitesse sont fixées à 50 km/h à l’intérieur d’une localité et à 80 km/h hors localité. Toute dérogation à cette règle doit être dûment motivée. Nous devons examiner au cas par cas, en tenant compte de la législation, si une modification de la vitesse pour des raisons de sécurité, de protection contre le bruit ou de fluidité du trafic est indiquée.

Après avoir reçu de la part de Walter Schilt (à droite) une demande de réduction de vitesse, Thomas Schmid et son équipe ont examiné la situation à Vechigen. A partir de ce printemps, la vitesse à la sortie du village de Boll sera réduite de 80 à 60 kilomètres-heure.

Agrandir l'image Après avoir reçu de la part de Walter Schilt (à droite) une demande de réduction de vitesse, Thomas Schmid et son équipe ont examiné la situation à Vechigen. A partir de ce printemps, la vitesse à la sortie du village de Boll sera réduite de 80 à 60 kilomètres-heure.

Monsieur Schilt, qu’est-ce qui a poussé la commune de Vechigen à demander au canton une réduction de la vitesse de 80 à 60 kilomètres-heure à la sortie du village de Boll?

Walter Schilt: En raison du nouveau lotissement Rämelgässli à la sortie de Boll, le flux de véhicules qui bifurqueront depuis la route cantonale va augmenter. Sur la suggestion d’un particulier, la commune a demandé à l’arrondissement d’ingénieur en chef II d’abaisser, à titre expérimental, la vitesse sur le tronçon en question de 80 à 60 kilomètres-heure. Cet essai a fait ses preuves pendant les travaux de construction, raison pour laquelle nous souhaitons maintenir cette signalisation.

T. Schmid: Après plusieurs phases d’évaluation, nous sommes arrivés à la conclusion que le tronçon remplit les critères de l’ordonnance sur la signalisation routière (OSR). Le nouveau lotissement va générer davantage de manœuvres de bifurcation. Une baisse de la vitesse autorisée permet d’améliorer la sécurité routière, de fluidifier le trafic et de réduire l’impact sonore sur l’environnement. Depuis peu, le nouveau régime de vitesse est définitivement en vigueur sur ce tronçon.

 

Monsieur Schmid, recevez-vous dans votre arrondissement beaucoup de demandes de réduction de vitesse sur les routes cantonales? A quoi cela tient-il?

T. Schmid: Oui, les demandes ont augmenté, en particulier celles émanant de particuliers. Dans ce cas, nous les renvoyons aux communes, car nous n’examinons que les demandes qui nous sont communiquées par ces dernières.

W. Schilt: Dans notre commune aussi, nous sommes de plus en plus confrontés à des demandes de citoyens, dans un sens ou dans l’autre. Personne ne veut de trafic devant sa maison, mais chacun aimerait pouvoir circuler librement sur les routes. Dans le cas présent, la réduction de vitesse a suscité moins de débat que, par exemple, la nouvelle limitation à la sortie du village en direction d’Utzigen, qui n’a pas été bien accueillie par tout le monde. Nous sommes heureux de pouvoir nous appuyer sur le schéma de limitation de vitesse prescrit par le canton. Celui-ci permet d’assurer la sécurité de la planification et d’éviter des demandes irréfléchies.

T. Schmid: La gestion de la circulation dépasse les frontières communales et comporte de nombreuses interdépendances. C’est pourquoi nous avons élaboré, en collaboration avec les communes du Worblental, un schéma visant à garantir la fluidité et la sécurité de la circulation sur l’ensemble du tronçon routier cantonal. Il porte notamment sur la signalisation des vitesses et tient compte par exemple des éventuelles futures extensions du milieu bâti. Les demandes individuelles doivent pouvoir s’inscrire dans ce schéma. Nous avons par ailleurs conçu un schéma similaire pour le corridor du Wangental (Niederwangen-Neuenegg).

 

Signaler une vitesse maximale est une chose, la respecter en est une autre. Comment les contrôles sont-ils effectués?

T. Schmid: Nous avons déjà, avant et pendant la phase d’essai, effectué des mesures de la vitesse. Nous en feront d’autres au printemps, lorsque la signalisation sera définitivement mise en place. Nous ne mesurons toutefois la vitesse que sur les routes cantonales, car sur les routes communales, ce sont les communes qui sont compétentes. Bien entendu, la mise en place d’une nouvelle signalisation se fait toujours après concertation avec la police, qui procède à des contrôles de vitesse plus fréquents si nécessaire.

 

Le canton et les communes n’ont pas toujours les mêmes intérêts. Comment s’est déroulée la collaboration dans le cas présent?

T. Schmid: Jusqu’à présent, nous avons toujours pu trouver rapidement des solutions consensuelles avec la commune de Vechigen, même si au départ nous n’étions pas d’accord sur toute la ligne. Cela s’explique probablement aussi par le fait que, de part et d’autre, le personnel a permis d’assurer la continuité de l’activité.

W. Schilt: J’ai aussi la même impression. Il y a un respect mutuel, personne ne se prend trop au sérieux. Les collaborateurs et collaboratrices de l’OPC non seulement font preuve d’un grand professionnalisme, mais sont également d’agréables interlocuteurs. Nous apprécions beaucoup ces échanges et sommes reconnaissants du soutien qu’ils nous apportent.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.bve.be.ch/bve/fr/index/direktion/organisation/tba/TBA_update/TBA-Newsletter-Maerz-2019/gespraech-kreisoberingenieur-und-gemeindepraesident-vechigen.html