Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




La force musculaire au service de la mobilité

 


La mobilité douce englobe tous les moyens de locomotion basés sur l’utilisation de la force musculaire. Il s'agit en premier lieu du trafic cycliste et piétonnier mais aussi de l’utilisation du vélo tout terrain, de la planche à roulettes, du canoë ainsi que de tous les engins assimilés à des véhicules (trottinettes, etc.). La mobilité douce est mise par le canton de Berne sur le même pied d'égalité que les transports publics et le trafic individuel motorisé. Elle joue un rôle-clé pour la desserte des TP que l'OPC soutient en allouant des subventions pour les installations bike-and-ride et les stations vélos. Dans le cadre de sa stratégie de mobilité globale, le canton de Berne vise une augmentation de la part que représente la mobilité douce dans le trafic.

Tâches cantonales

L'Office des ponts et chaussées élabore trois plans sectoriels cantonaux:

La planification concrète des mesures en faveur de la mobilité douce s'effectue dans le cadre des conceptions régionales des transports et de l'urbanisation (CRTU), qui comprennent également les projets d'agglomération régionaux. Les mesures sur les routes cantonales se basent également sur des recensements des trajets scolaires effectués dans l'ensemble du canton ; elles sont fixées dans le plan du réseau routier ou dans le crédit-cadre d'investissement routier.

L'Office des ponts et chaussées est responsable de la mobilité douce concernant les routes et les pistes cyclables cantonales. L'élaboration de mesures de construction visant à améliorer la sécurité et l'attractivité des chemins destinés à la mobilité douce incombe à l'arrondissement d'ingénieur en chef compétent.

Le service Mobilité douce du Centre de prestations apporte un soutien aux arrondissements d'ingénieur en chef en établissant des bases de planification, des aides à l'exécution et des guides pour le trafic piétonnier et cycliste, la randonnée et les voies de communication historiques. Par ailleurs, il aide les régions et les communes pour la planification et la mise en œuvre de leur réseau de mobilité douce et met différents guides à disposition des communes (Lien Publications). Le service s’occupe des panneaux de signalisation sur le réseau des itinéraires de randonnée pédestre en collaboration avec l'association Chemins pédestres bernois. Enfin, il assume les tâches de coordination et de signalisation des itinéraires nationaux et régionaux de « La Suisse à vélo » en collaboration avec SuisseMobile.

Tâches communales et régionales

La planification des chemins pour piétons et des chemins cyclables constitue une tâche communale importante. Les communes fixent les réseaux communaux destinés à la mobilité douce dans leurs plans directeurs et leurs plans d'affectation et coordonnent ceux-ci avec les plans des communes voisines et des régions ainsi qu'avec les plans sectoriels cantonaux. Les régions sont responsables des planifications d'itinéraires s'étendant sur plusieurs communes, et en particulier de la planification des itinéraires régionaux de SuisseMobile pour la randonnée cycliste ainsi que des itinéraires de VTT.

Trajets scolaires

Les enfants sur le chemin de l'école représentent un groupe-cible important qui mérite une attention toute particulière. L'objectif est de mettre en place des voies sûres que les enfants peuvent emprunter seuls pour se rendre à l'école. Ces voies servent en outre à l'ensemble de la population et favorisent ainsi les déplacements à pied ou à vélo. Le trajet scolaire relève de la responsabilité des parents. Les enfants ont le droit de bénéficier d'un trajet scolaire sûr et d'une longueur raisonnable. Il ressortit aux communes de juger de l'acceptabilité des trajets scolaires. Ce sont les inspections scolaires qui sont responsables de statuer sur les éventuels recours en matière de trajets scolaires. Les autorités scolaires et communales compétentes peuvent faire appel à la police cantonale bernoise pour les aider à évaluer les trajets scolaires : à la Sécurité du trafic (prévention) en ce qui concerne les mesures éducatives et au Conseil en matière de circulation (Service spécialisé Circulation) s'agissant des mesures d'exploitation et de construction. Il convient de discuter des mesures d'exploitation et de construction avec les propriétaires des routes concernées, et dans le cas des routes cantonales avec l'arrondissement d'ingénieur en chef compétent.

Sur les sections de trajets scolaires où des mesures de construction n'ont pas encore été mises en œuvre ou sont considérées comme excessives, les zones à risque peuvent être rendues plus sûres par des mesures éducatives ou organisationnelles. Il s'agit par exemple d'instruire les enfants afin qu'ils soient en mesure de parcourir le trajet en toute sécurité et de mettre en place des services pour guider et accompagner les enfants ainsi que des transports d'élèves. Les communes sont compétentes en la matière.

Des informations complémentaires sur les trajets scolaires sont disponibles sur le site de la Direction de l'instruction publique.


Informations supplémentaires

 


Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

http://www.bve.be.ch/bve/fr/index/mobilitaet/mobilitaet_verkehr/langsamverkehr.html